ISLANDE À VÉLO : HISTOIRE DE L’ISLANDE

L’Islande fut colonisée par les vikings norvégiens fuyant le pouvoir grandissant du roi Haraldur. Le premier colon, Ingólfur Árnason s’installa avec sa famille en 874 à l’actuel emplacement de Reykjavik, « la Baie des Fumées ». Mais la découverte de cette île éloignée remonte bien plus loin dans l’histoire. En 300 avant Jésus Christ, un explorateur grec, Pythéas raconte avoir découvert une terre de feu et de glace à 6 jours de voyage de la Grande Bretagne, au confint de l’Atlantique Nord. Il appela cette terre Thulé, il est assez vraisemblable qu’il s’agisse de l’Islande. Bien plus tard, des moines irlandais confirmèrent le récit de Pythéas en s’installant momentanément sur l’île.

En 930, les islandais créent l’Alþingi, l’un des premiers parlements au monde. C’est alors une assemblée composée des chefs de clans et présidé par un lögsögumad « celui qui dit la loi » élu pour 3 ans. Celle-ci se réunit chaque année durant 15 jours et est ouverte à tous. Le lieu de cette assemblée est situé à Þingvellir, au pied du Lögberg ou « rocher de la loi », sur l’un des bords de la faille d’Almannagjá

A l’Alþingi de 999 apparaît un conflit entre la moitié encore païenne de l’Islande et l’autre moitié réclamant l’instauration du christianisme. L’assemblé adopte pacifiquement la nouvelle religion par souci de compromis, autorisant les islandais à pratiquer leurs anciens rites dans la clandestinité. L’Islande fut alors séparée en deux évêchés, un nord et un sud.Tous ces évènements sont relatés dans le Landnámabók (livre des colonisateurs) écrit au 12ème siècle. Cette époque est d’ailleurs considérée comme l’age d’or culturel islandais. C’est entre le 11éme et le 13éme siècle que sont écrits l’immense majorité des sagas islandaises, véritables vestiges de la culture païenne scandinave. Ces sagas décrivent la vie des grands personnages de la colonisation ainsi que la vie de cette société d’émigrés. Le principal acteur de cet âge d’or est Snorri Sturluson à qui on attribue un texte fondateur, l’Edda de Snorri, mais aussi un grand nombre des sagas les plus importantes.

islande-a-velo-carte-ancienne
Carte d’Islande de Abraham Ortelius, vers 1590

Cette période de rayonnement de l’état indépendant islandais prend fin en 1262. Entre le 12ème et 13ème siècle, elle passe successivement sous la tutelle de la Norvège puis du Danemark.

Commence alors la période dite de « la longue nuit » qui durera jusqu’à la fin du 19ème siècle. Soumise aux lois étrangères, converti de force au protestantisme, affamé par les restrictions et assommé par de nombreuses catastrophes naturelles, dont l’éruption du Laki en 1783 qui provoqua une famine tuant plus de 9300 personnes, soit 20 à 25% de la population de l’époque,  « la longue nuit » sera la période la plus noir de son histoire.

Ce n’est qu’en 1904 qu’elle obtient une autonomie relative pour devenir en 1918 un état associé au Danemark. C’est à cette date qu’est créé le drapeau Islandais. En 1944, l’Islande occupée par les forces alliées déclare son indépendance du Danemark, toujours sous occupation de l’Allemagne nazie. Le pays adopte alors un régime parlementaire démocratique. En 1949, elle devient membre de l’OTAN, puis intégré l’espace Schengen en 2001. En 2006, l’armée américaine, après 55 ans de présence sur la base de l’OTAN de Keflavik, vécu pour beaucoup d’islandais comme une seconde occupation, quitte définitivement le territoire et sa base de Keflavik devient alors l’aéroport international.

En 2008, alors que le pays, qui vit largement au-dessus de ses moyens, est le 5ème  pays le plus riche au monde, (PIB par habitants) il subit de plein fouet la crise internationale. Car les banquiers de l’île, pour attirer les financiers internationaux proposaient alors des taux d’intérêts défiant toute concurrents. Les banques sont alors volontairement laissées en faillites par l’état qui ne garantit que les dépôts des particuliers. Les pertes sont abyssales et équivalentes à 12 fois le revenu national du pays. Des emprunts colossaux sont alors contractés auprès du FMI, des voisins scandinaves et même des banques russes. Pour pouvoir rembourser, et aux prix de lourds sacrifices, l’Islande entame un redressement spectaculaire et en quelques années redevient le 7ème pays le plus riche au monde (PIB par habitants en 2016).

 

Publicités