ISLANDE À VÉLO : AU MENU ISLANDAIS

 

Ce qu’il faut retenir de la gastronomie islandaise est que la cuisine est rustique et bien moins élaborée qu’en France, l’essentiel des plats s’étant développés durant la période de « la longue nuit » en prenant en compte la pauvreté du pays. L’Islande, malgré la dureté de son environnement est néanmoins en capacité d’autonomie alimentaire, même si aujourd’hui elle importe beaucoup de légumes, principalement en raison du développement touristique. Le mouton et le poisson sont traditionnellement à la base de l’alimentation. La variété de fruits et légumes est faible. La production de lait étant conséquente, les produits laitiers sont assez abondants.

En Islande, La soupe est au menu quasiment quotidiennement. Les soupes de légumes, champignons, poissons, homard, mouton sont les plus courantes. Elles sont servies avec du pain et du beurre et en règle générale,  à volonté pour un prix unique entre 10 et 15 € dans tous les restaurants. Certains plats traditionnels comme le þorramatur peuvent faire fuir les étrangers. Dans celui-ci on retrouve en effet de l’aileron de requin, des testicules de mouton, des nageoires de phoque, des saucisses de foie, des têtes de mouton, du gras de baleine, tout cela en petites portions à déguster avec du pain de seigle…

La viande

En plus des morceaux de premiers choix, ici on ne jette quasiment rien du mouton, et vous pourrez goûter des morceaux moins « nobles » comme… ses testicules, son foie et sa tête. La soupe (servit avec du pain et du beurre) la plus traditionnelle est celle d’agneau ou kjötsupa, servit avec du pain toasté et du beurre. La viande de baleine est encore consommée, mais de manière plutôt traditionnelle pour un évènement particulier, et plus du tout régulièrement, par 3% environ des islandais. Le cheval fait également toujours partie de l’alimentation des Islandais, même si sa consommation recule et que les élevages sont majoritairement à caractère de loisirs équestres, pour l’importation et le concours. Il y a également sur l’île quelques élevages de bovins et de volailles.

Produits laitiers, légumes et céréales

L’orge et la pomme de terre sont les principales cultures, mais il y a en Islande une production de fruits et légumes assez conséquente sous serres chauffées naturellement. Les produits laitiers ici sont de qualité, le plus connu et consommé étant le skyr, emblématique de l’Islande, un yaourt frais épais, qui se mange avec des fruits ou de la confiture.

Le poisson

Le saumon, le hareng, la morue, l’omble chevalier, la raie et même le requin faisandé sont les plus consommés. Dans la cuisine islandaise, la morue ou le loup de l’Atlantique se mangent avec de la chapelure et frits à la poêle, mais il existe d’autres façons de cuisiner le poisson: mariné cru et tartiné sur du pain sucré, cuit à la braise ou alors séché en filets. C’est le cas du harðfískur, un poisson dont la chair contient beaucoup de protéines. Ce poisson séché est très apprécié par les Islandais. Il est vendu sous vide en supermarché et peut se consommer ici en toutes circonstances et à tous les moments de la journée. Le poisson séché le plus répandu étant la morue.

L’alcool

La bière, dont la consommation et la fabrication était officiellement interdite en Islande entre 1915 et 1989 bénéficie aujourd’hui d’une journée, le Bjórdagur. La plus connu étant la marque Viking. Il faut également goûter ici au brennivín, un alcool local fabriqué à base de pommes de terre bien meilleur que sa description n’en laisse le présage…

Publicités