ISLANDE À VÉLO : FAUNE ET FLORE

La Faune

En Islande, les reptiles et autres batraciens n’ont pas leur place et il n’y a que quelques rares mammifères terrestres : le renard polaire, le mulot, le vison américain et le renne de Norvège mais de ces 4 espèces, seules le renard polaire et le mulot n’ont pas été importé sur le territoire. Il y a en revanche de nombreux mammifères marins dont 18 espèces de cétacés et 2 de phoques. On peut observer ces derniers très facilement dans les fjords mais aussi sur les bords des lacs pro glaciaires. L’Islande héberge également de très nombreuses espèces d’oiseaux marins qui ont souvent leurs lieux de nidifications à flancs de falaises, comme par exemple le macareux moine, devenu un emblème national, le fulmar, la sterne arctique, le guillemot, le fou de bassin, la mouette rieuse. Pour les amateurs d’ornithologie, les fjords de l’Ouest, la péninsule de Snaefellsnes ainsi que toutes les zones côtières sont de formidables points d’observation

Même si la chasse à la baleine suscite toujours des débats passionnés et qu’une part importante des islandais y reste favorable, essentiellement pour des raisons de souveraineté nationale, l’Islande est paradoxalement devenue l’une des principales destinations au monde pour l’observation des baleines. Les professionnels du tourisme du « whale watching » se mobilisent donc fortement pour demander aux touristes de boycotter les restaurants qui la proposent encore au menu. Le nombre de touristes déclarant avoir goûté à la viande de baleine a donc diminué de moitié au cours des cinq dernières années, passant de 40 % en 2009 à 18 % en 2014, la moitié des restaurants du centre-ville de Reykjavik s’étant engagés à ne plus en servir sous la pression des acteurs touristiques. De plus, la population se détourne de la consommation de viande de baleine et un récent sondage a révélé que 3 % seulement des Islandais affirment manger régulièrement de la viande de baleine.

Le cheval islandais

L’Islande compte 75000 chevaux islandais, qui sont tout simplement la race de chevaux avec lesquels les vikings débarquèrent pour la colonisation de l’île. Le cheval islandais est donc considéré aujourd’hui comme leur descendant direct. De plus, dès le début du 10ème siècle, l’option fût prise de la préserver pour en assurer la pureté et de nos jours, il n’est toujours pas possible à un cheval islandais de quitter le territoire et d’y revenir.

Ce petit cheval qui toise entre 1,30m et 1,40m et a la réputation de supporter tous les climats, même à la limite de l’extrême, est indissociable de l’Islande. Connu dans le monde entier par les amateurs d’équitation, il possède 5 allures naturelles, le pas, le trot, le galop…mais également le tölt et l’amble. Le tölt, sorte de pas accéléré à 4 temps est aussi rapide qu’un petit galop et est très confortable pour les cavaliers. L’amble est une sorte de trop latéral.

Chaque année, au mois de septembre, les chevaux Islandais, véritables « 4×4 » capables de se déplacer sur des terrains très escarpés sont mis à contribution pour le Göngur, le grand ramassage des moutons laissés en liberté totale dans les Highlands islandaises dès la sortie de l’hiver.

La flore

La flore islandaise couvre seulement 25% du territoire. Elle est de type subarctique et se compose essentiellement de mousses, de lichens, d’herbages et de végétation marécageuse. Ici, les arbrisseaux poussent au ras du sol et la croissance des plantes est lente, compte tenu de la pauvreté des sols. Quelques petites forêts de bouleaux sont présentes dans le nord et l’est du pays.

Il est formellement interdit en Islande de prélever des plantes, minéraux, oiseaux, œufs dans les lieux naturels. De plus, les mousses des champs de laves ont parfois plusieurs centaines voire milliers d’années et il faut absolument éviter de les piétiner pour les préserver.

Contrairement à ce que beaucoup de visiteurs peuvent imaginer, la forêt recouvrait plus de 25% du territoire avant la colonisation et plusieurs programmes de reboisements sont en place depuis les années 80, avec une certaine efficacité, notamment dans l’est du pays.

 

Publicités